Le Krakatau fait son show

27 Août 1883, le son le plus fort jamais entendu par une oreille humaine est détecté jusqu’en Australie…Le Krakatau vient d’exploser, libérant la force de 13 000 bombes d’Hiroshima et propulsant 21 km3 de cendres dans le ciel. Une vague meurtrière de 37m de haut balaye les régions de Sumatra et Java, 36 000 morts sont reportés.

En 1927, une nouvelle activité volcanique sous-marine est détectée, donnant naissance à l’Anak Krakatau (l’enfant Krakatau). Ce nouveau cône volcanique atteint le niveau de la mer en 1928 puis continue à grandir au fil des éruptions jusqu’à atteindre les 300 mètres.

Le Krakatau en 1928…tout plat

En repos depuis 2012, le Krakatau est devenu la parfaite destination pour un weekend nature en dehors de Jakarta.

Situé dans le détroit de Sunda entre Java et Sumatra, le Krakatau est facilement accessible en bateau depuis la ville de Cerita. Il est possible d’y faire du snorkeling, de camper sur le flanc du volcan et de monter à son sommet.

Copyright Global Program Volcanism

Le Krakatau fait donc parti de notre (longue) liste des endroits à visiter avant de quitter l’Indonésie.

Seulement voilà, depuis Juin 2018, l’enfant terrible a décidé de se réveiller… ruinant nos plans à moins de vouloir finir en barbucue humain!

Le Krakatau alterne donc depuis 3 mois entre éruptions pétaradantes et repos du guerrier, et cela, de manière imprédictible bien sûr!

Nous contactons Ateng, le guide le plus sympa d’Indonesie pour lui demander plus d’infos car à défaut de pouvoir monter le Krakatau, la perspective d’assiter à une éruption est alléchante!

Il nous confirme que si nous sommes chanceux, nous pourrons observer une éruption et passer la nuit face au volcan sur une autre plage…on lui demande si c’est safe mais selon ses standards indonésiens, oui!

Du coup on motive les copains et le cousin de Tibo (c’est pas vraiment son cousin mais presque) pour un weekend feux d’artifices! (Enfin si on a de la chance)…

Les quelques jours précédents, je m’improvise vulcanologue du dimanche, épluchants tous les rapports d’activité du volcan…ca semble encourageant, le Krakatau a l’air en pleine forme éruptive! Et puis deux jours avant notre weekend, plus rien, nada! Plus une seule information sur la crise d’ado de Krakatau!

Du coup, c’est un peu incertains que nous prenons la route pour Cerita. Eruptera, eruptera pas?

Une voiture nous récupère à 5 heures du matin devant notre appartement. La nuit a été courte ( et celle d’avant aussi, on a trouvé un super plan de freeflow of wine), du coup ça roupille sec dans la voiture!

Trois heures plus tard, nous arrivons à Cerita, station balnéaire de la côte ouest de Java, point de départ pour les excursions à Ujung Kulon et au Krakatau.

Nous y retrouvons Ateng, qui nous accueille avec un sourire à s’en décrocher la mâchoire! Il n’a pas changé depuis la dernière fois, il est toujours aussi sympathique et nous sommes vraiment très contents de le retrouver.

Nous commençons par un petit déjeuner avant de prendre le bateau. Un café mauvais, du pain et des oeufs pour bien se caler l’estomac, espérons seulement que la mer soit calme.

Ensuite, c’est le grand départ! Nous chargeons le bateau: tentes, nourritures…une heure et demi de bateau nous attend jusqu’au Krakatau.

La sieste se poursuit pour certain (e)s! Les autres scrutent l’horizon dans l’espoir d’apercevoir le moindre signe d’éruption.

Une petite crotte minuscule apparaît dans notre champs de vision mais nos yeux peinent à faire la mise au point. Finalement Tibo est le premier à constater que de la fumée semble sortir du cratère.

Quelques minutes plus tard, nous sommes suffisamment proches pour constater que le Krakatau est bien en éruption. L’excitation monte. J’entreprends de sortir mon appareil photo…je vous laisse imaginer la qualité de l’image, prise perchée sur un bateau, zoom au maximum!

Il est lààà

Nous finissons par nous approcher à quelques centaines de mètres du volcan…la première chose qui me marque, ce sont les couleurs, un camaïeu de gris austère. Les cendres ont brûlé toute la végétation autour du volcan. Des coulées noir charbon recouvrent une partie des flancs du volcan…sinistre!

Mais le plus marquant, ce sont les explosions au niveau de cratère, un bruit sourd, sorti des entrailles de la terre suivi par un panache de fumée et des bombes de lave projetées vers le ciel. Le son ressemble à des coups de tonnerres, plus ou moins fort en fonction de la taille de l’explosion. Le volcan est très actif, il érupte toutes les deux ou trois secondes.

Sans s’en rendre compte, le bateau dérive de plus en plus proche du volcan, nous donnant une vue imprenable sur le cratère. On est tous hypnotisé par la vue, à la fois émerveillés par ce que l’on voit et en même temps un peu inquiets de savoir que l’on va passer la nuit à coté de ce monstre!

On s’éloigne à la fois à regret et en même temps un peu soulagés pour rejoindre notre camp pour la nuit.

Nous campons sur l’île de Rakata, ancien cône détruit lors de l’explosion de 1883. Celle-ci est située à 3 kilomètre du volcan, en dehors de la zone de danger ( 2km), nous offrant une place de premier choix.

La plage est très belle, le sable noir faisant ressortir la couleur des troncs blanchis par l’eau de mer.

Nous déjeunons face au volcan, dont le bruit des explosions se répercute sur les falaises de l’île. L’impression d’être au mileu d’un orage mais sous le ciel bleu.

L’après-midi passe tranquillement, on en profite pour refaire notre stock de photos de profil d’aventuriers…enfin surtout le cousin de Tibo qui prédit une augmentation exponentielle de ses matchs Tinder avec de telles photos!

Bref ensuite, le programme est simple…sieste au bord de la plage, baignade, sieste, repêchage de téléphone dans la mer, sieste.

Vers 17 heures, nous reprenons le bateau. Le soleil tombant, Ateng espère que cela va nous permettre d’apercevoir la lave sortant des entrailles du volcan.

Éteignez les lumières…le spectacle démarre!

Plus le soleil décline, plus la lave devient visible. On a l’impression que l’éruption monte en intensité. Si chacun d’entre nous a passé les premières minutes à activement photographier le Krakatau, le silence s’installe peu à peu sur le bateau. Nous sommes complètement absorbés par le volcan.

Nous rentrons de nuit au campement, nos tentes ont vue directe sur le Krakatau. Le spectacle est grandiose!

Nous ouvrons la bouteille de Ricard apportée par le « cousin de Thibaud » et le saucisson venu tout droit d’Auvergne. Apero aux lueurs d’un volcan, pas banal!

En fait toute activité basique devient incroyable:

– faire pipi: banal…face un volcan: magique!

– se gratter le dos: banal… face à un volcan: grandiose!

– manger une banane: banal…face à un volcan: époustoufflant!

Etc…

L’éruption continue à monter en puissance, le bruit devient assourdissant même avec les boules quies.

Spectacle à couper le souffle.

Nous dinons comme des rois (comme toujours avec Ateng), face au Krakatau rougeoyant!

Après ça, c’est cours de photographie: « comment photographier un volcan en pleine crise dans le noir complet? » Vous avez une heure!

– Baisse tes iso, ça sera moins flou!

– Mais non c’est l’inverse!

– C’est pas vrai, ça dépend de ta durée d’ouverture!

– Ca depend surtout de si tu utilises un trépied…

Résultat des courses, le mode auto d’un appareil photo c’est quand même la vie!

Après 700 photos, dont 680 flous et prises en triple, voici les rescapées:

On se croireait en plein cours de 3eme SVT, devant un « C’est pas sorcier » spécial volcan avec Fred et Jamy!

Ateng nous explique que nous sommes particulièrement chanceux car le Krakatau a été peu actif ces derniers jours. Selon lui, c’est l’éruption la plus forte depuis l’entrée en activité du volcan.

C’est difficile de lâcher le spectacle pour aller se coucher! On a un peu peur que quelqu’un debranche la télé et interrompe le documentaire « Krakatau, le cratère de l’enfer » 😄

D’ailleurs, on se réveille tous à plusieurs reprises pendant la nuit pour vérifier que la coulée de lave ne fonce pas droit sur nous 😅 mais surtout pour profitez une dernière fois avant le levé du soleil!

Pour une des rares fois de ma vie, je me lève naturellement (=sans snoozer 12 fois mon alarme) à 5h30, juste à temps pour profiter une dernière fois du paysage avant que le soleil ne pointe son nez. Le jour se lève sur la planète Terre…

La coulée de lave a atteint la mer pendant la nuit, générant d’énormes fumées blanches.

Copyright Oriane

Le temps de petit déjeuner face au Krakatau et il est déjà temps de packer nos affaires!

Nous remonttons sur le bateau pour rendre une dernière visite au Krakatau.

Contrairement à la veille, la chaleur est bien perceptible à l’approche du volcan. C’est une fournaise! En plongeant les mains dans l’eau, on se rend compte que celle ci est brûlante!

Un dernier adieu au Krakatau et il est deja temps de retourner à Cerita.

Bilan du weekend: de l’inconscience (un peu), de l’émerveillement (beaucoup), 800 photos à trier (et autant de match Tinder pour le « cousin de Tibo ») et probablement un des moments les plus fou de ma vie de terrienne…

Info pratique:

– départ depuis Jakarta: samedi matin, 5h

– 3h de voiture jusqu’à Cerita + 1h30 de bateau

– camping 1 nuit, matériel fourni

– retour à Jakarta: dimanche soir

– 9 mio IDR par personne (tout inclu depuis Jakarta)

– contact: Ateng 00 62 813 8413 6837

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s