Maratua paradise (2)

Lendemain matin, réveil matinal et malheureusement le soleil n’est pas au rendez-vous.

Malgré tout, Jun nous conseille d’aller faire du snorkeling vers le tombant car c’est le moment idéal pour croiser poissons et tortues. Tuba, masques et palmes en place, nous voila tous partis vers le tombant. Moi, je fais rapidement demi-tour car je n’aime pas faire du snorkeling loin de la plage… mais effectivement les tortues étaient bien là!

Le ciel s’assombrit de plus en plus et une pluie diluvienne finit par s’abattre sur nous. Pour cette deuxième journée, on a prévu de se balader en scooter sur l’île. Pour le moment, ça semble compromis.

20180512_111758.jpg
Douche à l’eau de pluie

Heureusement, comme en Bretagne, il fait beau plusieurs fois par jour à Maratua. Le ciel finit donc par se dégager, ce qui me laisse le temps de me balader autour de la guesthouse et d’observer des martins-pécheurs bleu électrique jouer autour du lac d’eau salé.

Le ciel gris laisse place à un beau ciel bleu, du coup on saute sur les scooters pour partir explorer les environs.
Notre premier stop nous mène à Tortle point. Une longue jetée s’avance sur la mer, c’est un festival de couleurs. J’ai rarement vu une eau d’une telle couleur!

DSC05402.JPG

La mer est tellement belle qu’on n’hésite pas longtemps à se jeter à l’eau.

DSC05429.jpg

La remontée sur la jetée est un peu sportive: 4-5 doigts de pieds coupés, une paire de coucougnettes en moins et 2 épines d’oursins plus tard, il est temps de quitter ce lieu paradisiaque pour la suite de la balade.

DJI_0873-HDR-1.jpg

DJI_0908-HDR.jpg

En remontant la jetée en scooter, je jette un coup dans l’eau au hasard et là, suprise… une énorme tortue en train de se faire une ventrée d’algues! Elle n’est pas toute seule, on aperçoit rapidement ses copines venues elles aussi se rassasier. Magique…

DSC05463.JPG

DSC05462.JPG

Après 50 photos de tortues, nous poursuivons notre route et traversons plusieurs villages. Les gens sont très sympathiques! Je croise la route d’un pécheur en train de préparer son filet de pêche. Il accepte de se faire photographier avec le sourire. Il m’explique qu’il lui faut 3 jours entiers pour finir un fillet.

On croise au hasard de la route Cathy et Alain, en balade en scooter eux aussi. On s’échange les bons plants et ils nous proposent de profiter de leur filière d’approvisionnement illégale de Bintang. Le deal est passé, nous viendrons récupérer nos Bintang à leur guesthouse dans la soirée.

Nous continuons la balade, en suivant les suggestions de Cathy et Alain jusqu’à Haji Mangku Cave. Ce détour nous mène à une cave où l’on peut apparemment sauter et nager. Le chemin pour y accéder nous fait passer au milieu de la jungle, la taille des arbres est impressionnante.

Nous décidons de déjeuner au bord de la cave mais c’est une très mauvaise idée car à peine notre nasi goreng englouti que des hordes de gilets de sauvetages envahissent l’endroit. C’est dimanche, du coup les locaux sont de sortie. On décide de continuer notre chemin et de revenir plus tard en espérant qu’il y aura moins de foule!

Nous poursuivons notre route jusqu’à l’extrême sud de l’île. Nous traversons des villages plus photogéniques les uns que les autres. Les gens sont plutôt sympathiques et bien souvent nous sommes accompagnés par le cri des enfants. Notre objectif est d’avoir une vue sur le lagoon intérieur de Maratua.

Une fois tout au sud, on est forcé de constater que la vue est plutôt décevante. Rien de bien intéressant à voir. On rebrousse donc chemin vers la cave en espérant que cette fois sera la bonne. Et effectivement, l’endroit est désert.

Cette cave est une grande faille de plus de 30 mètres de profondeur. L’eau y est salée, froide et d’un bleu profond, l’endroit est mystique! Il est possible de s’y baigné soit en y sautant pour les courageux, soit en accédant par un tunnel pour les moins courageux comme moi. Malheureusement, notre action cam est tombée en panne de piles juste au moment où nous étions dans la crevasse mais le passage se voit en arrière plan sur les deux photos de groupe. La zone la plus lumineuse correspond au tunnel pour passer dans la partie à ciel ouvert de la crevasse. Sans avoir été au Mexique, j’imagine que ça ressemble aux cenotes du Mexique. En tout cas, l’endroit mérite vraiment le détour.

Nous continuons ensuite notre chemin jusqu’au Pratasaba resort. A la gauche de celui-ci se trouve une super plage aux sables blancs. Pour y accéder, il faut rentrer dans le resort, cependant, personne ne nous a demandé de payer quoi que ce soit ou de consommer pour pouvoir accéder à la plage. C’est le paradis gratuit et seuls au monde!

Le challenge, c’est d’arriver jusqu’ la mer sans se faire assommer par une noix de coco. Ne rigolez pas, des gens sont morts comme ça!

L’endroit se prête parfaitement à une sortie pour Ogitu. Du coup c’est séance shooting, on essaye de copier les pauses lascives des indonésiennes mais on manque un peu de pratique….

Ensuite, comme promis, on se rend à la guesthouse de Cathy et Alain pour récupérer nos Bintang. On est assez surpris en arrivant car l’endroit est vraiment agréable mais à aucun moment on n’en a entendu parlé lors de nos recherches sur Maratua. Il s’agit de Nouri Resort ( un peu ambitieux de parler de resort, ca ressemble plus à des petits bungalows les pieds dans l’eau). Le seul point un peu négatif, c’est qu’il n’est pas possible d’y manger et qu’il ne sert pas de bière. Mis à part ça, c’est un super plan.
Nous retrouvons donc Cathy et Alain, malheureusement, il semble que leur filière d’approvisionnement ait prit un peu de plomb dans l’aile!

Du coup, on les invite à se joindre à nous à la Maratua guesthouse autour de Bintang, cacahuètes et délicieuse salade de tomate…que la vie est douce.

En vrai baroudeurs, ils nous partagent leurs aventures en Indonésie et ils n’ont rien à nous envier en terme d’expérience. Chapeau bas!

Cathy nous explique en toute zénitude qu’après notre rencontre fortuite en pleine mer de la veille, elle s’est laissé emporté par le courant au point de ne plus pouvoir revenir sur la plage. Là où je serais morte d’une crise de panique, elle s’est tout simplement accroché à la première bouée venue, en attendant que quelqu’un finisse par l’apercevoir et vienne la secourir. Trop relax!

On prend également une bonne leçon de débrouillardise quand ils nous expliquent qu’ils partent le lendemain en bateau pour la somme de 18$ par personne, le tout sans avoir besoin de faire de la voiture mais en arrivant directement dans la ville de Berau. Du coup on profite de leur contact ( qui est en fait Nouri, le propriétaire de leur guesthouse) pour essayer d’organiser la même chose. Et quand Nouri nous confirme que c’est possible, il faut le dire, on est trop content de faire la niaque à Amelia!

On est pas très fiers d’annoncer à Jun au dernier moment que finalement on va annuler le transport avec Maratua Guest house mais il se montre très compréhensif et content pour nous; probablement impuissant face à la cupidité de sa boss.

Pour notre dernier repas, c’est ambiance musicale (merci Nathalie pour la super enceinte de voyage!). Atan se joint à nous pour une choré endiablée et sa maman toute émue par la chanson.

Le plus dur est de calmer le petit monstre, pour qu’il aille se coucher. Lui aurait bien continuer la rumba jusqu’au bout de la nuit.

Le lendemain, grand ciel bleu…du coup certains en profitent pour un dernier tour de snorkeling. Sauf que sous l’eau le temps passe vite, du coup c’est à la bourre que l’on monte dans le pick up de Nouri. Faux départ, quand on a pas de tête; on a un pick up! Retour à la Maratua guesthouse pour récupérer un appareil photo qui avait décidé de prolonger les vacances!

DSC05606-1.JPG

20180513_085614.jpg

On arrive à la jetée pile à 9h, le bateau est plein et prêt à partir. Quel enchaînement parfait!

20180513_090555.jpg

On est un peu à l’étroit dans notre bateau, surtout avec mon voisin qui avait sérieuse tendance à pencher sur mon épaule droite.

20180513_091537.jpg

20180513_111731.jpg

Les 200 chevaux nous propulsent à folle allure sur la mer. Ca tape de tous les bords, mon kiné va être en colère…mais par contre quel efficacité!

IMG20180513111820.jpg

Trois heures plus tard et après avoir remonté le fleuve, nous arrivons à Berau. Dix minutes de taxi plus tard et nous arrivons à l’aeroport. Une affaire rondement menée!

Il est déja temps de quitter le paradis et de rentrer à Jakarta….

IMG_20180513_154220.jpg

A propos de Maratua Guest House:

Je n’ai pas l’habitude d’écrire des avis sur le blog mais comme vous l’avez probablement noté, nous n’avons pas été enchanté du traitement commercial qui nous a été réservé par la propriétaire de Maratua Guest House, Amelia.
Du coup, vu que les informations sont rares sur Maratua, autant prévenir les futurs voyageurs qui pourraient s’y rendre. Il faut savoir que l’offre hotelière à Maratua n’est pas très développée. Le choix se porte entre de luxueux resorts comme le Nabuco ou des petits homestays au confort basique.

Du coup Maratua Guest House est à peu près le seul endroit répertorié sur internet offrant une alternative en terme de confort et de prix.

Le prix des chambres nous paraissant certes cher mais comme un bon compromis, nous avons contacté la propriétaire Amelia et les hostilités ont commencé. Voici une petite liste non exhaustive de nos griefs

  1. Les prix affichés sont en dollars ce qui n’est pas acceptable à mon sens puisque nous sommes en Indonésie et non aux Etats Unis.
  2. A partir de moment où on a essayé de réserver, on a eu le droit une vraie pression pour nous pousser à rester plus longtemps (et donc payer plus)
  3. Il est obligatoire de passer par la guesthouse pour le transfert en bateau, l’aller retour est facturé 150$ par personne, peu importe si nous sommes 2 ou 6 dans le bateau.
  4. Quand nous avons mentionné le fait que nous vivions en Indonésie et que nous pouvions nous débrouiller pour négocier le bateau en direct avec les locaux, Amelia nous a fait croire que la traversée coûtait de toute façon 40$ pour les locaux ! C’est un pur mensonge puisque nous avons réussi à faire la traversée retour pour 18$. Dans sa grande bonté et après longues négociations, nous avons finalement réussi à obtenir la traversée pour 50$ par personnes.
  5. Elle a utilisé nos coordonnées bancaires pour nous débiter la chambre ( ce qui était normal) mais aussi le transfert aller-retour sans nous prévenir, probablement afin de sécuriser son argent avant que l’on ne découvre son mensonge.
  6. A l’arrivée à la guesthouse, nous avons découvert le prix des activités: 15$ pour un scooter (sans frein), les gérants de l’hôtel n’ont même pas osé nous faire payer ce prix. Et puis si tu as le malheur de tomber en panne, c’est 10$ pour venir te récupérer…
  7. Si tu perds ton masque ou ton tuba, c’est 50$ parce qu’il faut aller acheter le matériel en Malaisie
  8. 40$ par personne pour un tour de snorkeling…bravo, c’est la plus belle arnaque d’Indonésie
  9. 0.5$ par verre…sachez que l’eau est dans 95% des cas gratuites en Indonésie puisque l’eau du robinet n’est pas potable.
  10. Le bateau de plongée, à 3 millions de roupies où on rentrait à peine, pas du tout adapté à la plongée.
  11. On termine par la blague du weekend: le Nasi goreng à 5$

Alors oui le cadre est magnifique, les bungalows sont propres et les gérants Ana et Jun sont d’une gentillesse incroyable. Mais la proprio n’est pas très honnête dans sa manière de procéder.

Donc voila, futures voyageurs de passage sur ce blog, n’allez pas chez elle! Allez plutôt chez Nouri ( Nouri Resort sur google), c’est moins cher mais tout aussi confortable.

Ceci étant dit, l’affaire est close et Maratua c’était vraiment top!

Cheers

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s