Banjarmasin, le Mékong indonésien

Pour continuer sur notre belle lancée de 2017, notre premier weekend de l’année 2018 nous mène à nouveau sur l’île de Bornéo, plus précisément à Banjarmasin sur la partie indonesienne de l’île, Kalimantan.

Nous avons vraiment organisé notre weekend au dernier moment, du coup nous passerons à peine 24h sur place.

Nous décolons le samedi matin à 11h20 de Jakarta. Une heure et demie plus tard, nous atterrisons à l’aéroport de Banjarmasin sous un ciel bien gris.

Nous avons deux objectifs principaux pour le weekend.

Le premier est la visite du marché flottant Lok Baintan, situé à quelques kilomètres en bateau de Banjarmasin. C’est la principale attraction touristique de la région. La visite se faisant au lever du soleil, ça sera pour dimanche matin.

Le deuxième objectif nous a été soufflé par Romain. La région de Banjarmasin est en effet réputée au près des connaisseurs pour ses pierres précieuses et particulièrement pour ses extractions de diamants! Il est à priori possible de visiter les zones d’extractions.

Le problème, c’est qu’il y a peu d’informations disponibles sur internet et nous disposons seulement du point GPS de Romain. A la sortie de l’aéroport, plusieurs chauffeurs de taxi nous interpellent. Nous leur montrons le point GPS et les quelques photos. L’un d’entre eux nous affirme qu’il connait l’endroit…allez c’est parti pour l’aventure 🏃 45 minutes plus tard, nous débarquons dans la ville de Cempaka. Notre taxi emprunte une route secondaire et s’arrête sur le bord de la route. Apparemment, on y est ?

Notre chauffeur, un type plutôt sympa, nous demande de patienter 5mn, le temps qu’il se renseigne. Et hop, nous voila à embarquer le premier zozo croisé pour qu’il nous mène jusqu’à l’entrée de la mine….100 mètres plus loin. Aucune indication, juste un petit chemin de terre qui passe entre les maisons. Notre nouveau copain s’improvise guide et nous amène à la mine. En fait on parle de digging en anglais (et non mining). Je ne sais pas comment expliquer ça mais en gros, personne ne va sous terre extraire les diamants. Et le moins que l’on puisse dire c’est que c’est très rudimentaire! Pour faire simple, les gravats sont aspirés à 20 mètres de profondeur par une grosse pompe….un genre d’aspirateur géant dans un genre de lac boueux.

Cette matière est ensuite acheminée par un gros tuyau vers un genre de tour.

De là, un genre de convoyeur permet d’éliminer les plus grosses pierres ainsi que d’acheminer les gravas restant jusqu’au point d’eau où ils seront disposé dans des bassines en forme de chapeau chinoix et rigoureusement examinés dans l’espoir d’y voir les quelques reflets brillants d’un diamant.

Rapidement, de jeunes indonésiens arrivent autour de nous pour tenter de nous vendre des petits diamants. Pas question de se laisser prendre au jeu car on est incapable d’évaluer la qualité des pierres.

Diamant jaune, rose et blanc
Diamant blanc

Nos nouveaux compagnons nous sortent ensuite tout leur stock de pierres, du rubis au caillou le plus basique. Certaines pierres sont vraiment belles et je finis par me laisser tenter par un petit saphir, un rubis ainsi que trois autres pierres dont j’ai oublié le nom pour la somme de 15 euros…soit les pierres sont d’une piètre qualité soit on nous a menti sur ce qu’elles sont. Le plus important dans l’histoire, c’est de les trouver jolies non?

En tout cas, la visite ne nous laisse pas indifférents…malgré les sourires et l’accueil amicale, les conditions de travail sont vraiment épouvantables et archaïques.

Après cette visite déroutante, nous demandons au chauffeur de taxi de nous déposer à l’hôtel. Nous bookons directement le bateau pour le marché flottant avec notre hôtel (le Swiss Bell) et étonnamment, la balade est gratuite.

Le temps de se faire masser et boire une bintang servie en théière (oui l’alcool est encore plus tabou sur Bornéo), il est déjà temps de se coucher en prévision de notre réveil matinal.

Rendez-vous est pris pour le lendemain matin, 5h30. Le réveil sonne à 4h30…dur d’ouvrir les yeux. Le bateau nous attend au pied de l’hotel, lui même collé au bord de ma rivière. Nous sommes une quinzaine de passagers à occumer le bateau. Il fait nuit noire quand nous partons.

Au bout de 30mn, alors que je suis transie de froid, Tibo me fait signe de le rejoindre sur la plateforme arrière du bateau, je découvre qu’il a les fesses bien au chaud au dessus du moteur depuis le début du trajet…il aurait pu me le dire avant non?! 😂

Au fur et à mesure du lever du soleil, la vie se réveille au bord de la rivière. L’eau marronnasse sert au brossage de dent ou à la douche matinale pour les uns… mais aussi à la lessive, la vaisselle et aux toilettes pour les autres. Pour l’hygiène, on repassera! Le spectacle est à la fois un peu intrusif et joyeux. On sent que ces gens ne font pas ça pour le bon plaisir des touristes en balade mais vaguent à leur occupation naturelle.

Après une heure de bateau, nous arrivons en vue du marché flottant. Une trentaine de bateaux se laissent flotter au gré du courant de la rivière.

Pour être honnête, à première vue le marché est assez petit et pas très impressionnant. Mais plus on approche et plus on se laisse happer pas les couleurs et l’esprit de bonne humeur qui y règne.

Un petit poulet rôti ?!

Tibo y fait ses courses de la semaine, bananes et oranges amères (orange à la peau verte et au goût de pamplemousse)

Est ce que ce marché est authentique? Difficile à dire mais en tout cas, c’est avec regret que nous repartons vers l’hotel.

Le petit dej avalé, on retourne se coucher, à tel point que la réceptionniste nous appelle pour savoir si on souhaite étendre la chambre!

Notre vol étant à 15h30, nous décidons d’aller nous balader et déjeuner dans le centre ville.

Nous passons devant un petit bijou architectural….je vous laisse juger 😐!

Les touristes ne doivent pas être très nombreux dans cette ville car on se fait interpeller tous les 100 mètres.

Nous déjeunons dans roof top assez moderne, ça dénote avec le côté vieillot de Banjarmasin. Même qu’on peut y trouver de la bintang pas servie en théière 🤘

Nous attrapons un taxi qui nous mène à l’aéroport où je craque pour quelques pierres supplémentaires.

Voila, c’était 24h à Banjarmasin!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s