Uwada…Ulawa…Udawalawe

Imprononçable!

Pas une seule fois nous n’aurons réussi à prononcer correctement le nom du parc national d’Udawalawe.

Nous nous dirigeons vers cette nouvelle étape après notre séjour rafraîchissant dans les montagnes Sri Lankaises.

Nous partageons un taxi avec le couple australo-irlandais et leur amie malaisienne rencontrés la veille lors de notre cours de cuisine.

Les safaris du Sri Lanka rivalisent avec ceux d’Afrique

Initiallement, nous avions prévu de visiter le parc de Yala. Ce parc est connu pour avoir la plus grande densité de léopards au monde, bien plus qu’en Afrique.

Cependant, nous sommes en plein pic saisonnier et les témoignages sont unanimes: les safaris se transforment en embouteillages de jeeps sans fin. On passe notre vie dans les embouteillages de Jakarta, alors on passe notre tour pour Yala. Tant pis pour les leopards.

Notre choix se porte donc sur le parc d’Udawalawe. A défaut d’avoir des léopards (à vrai dire il est occasionnellement possible d’en croiser), le parc d’Udawalawe est le meilleur endroit au Sri Lanka (et probabmement dans le monde) pour voir des éléphants.

De plus sa position géographique le place a mi-chemin entre Ella et notre prochaine destination Tangalle.

Une guesthouse morose

Nous sommes le 30 décembre et nous avons prévu de célébrer le nouvel an à Udawalawe après notre safari du 31 au matin.

Oui mais voila, notre guest house est complètement perdue et vide. Le propriétaire nous explique en plus qu’il y a eu un bug de booking car normalement il est fermé le 31 décembre.

🤤 Il nous faut un plan B d’urgence! Du coup on se rue sur Booking pour trouver un hôtel un peu plus festif…

Bien sûr, à J-1, tout est presque booké. Nous trouvons finalement un hôtel nouvellement ouvert depuis 2 semaines et plutôt bien noté, au bord de la mer. On explose notre budget mais c’est pas Nouvel tous les jours non?

Notre réveillon étant à priori sauvé, il nous faut trouver une occupation dans ce trou perdu pour l’après-midi.

Vu qu’il est à peine midi, notre propriétaire nous explique qu’il est encore possible de faire le safari de l’après-midi. On réfléchit quelques secondes…allez c’est parti pour le Safari 🐘.

De cette manière, ca nous permettra de partir de bonne heure le lendemain et de profiter de notre hotel en bord de plage: l’offre hôtelière au Sri Lanka est plutôt chère et très mauvaise, du coup on hate de profiter d’une vraie chambre avec un vrai matelas et de l’eau chaude 🤗

Le temps de grignoter un rice curry et nous voila prêts!

A 13h30, notre jeep vient nous récupérer à la guesthouse. Elle peut transporter 6 personnes mais vu qu’on a organisé ça à la dernière minutes, nous ne sommes que tous les deux.

Le design de la jeep est assez marrant (en même temps c’est notre premier safari en jeep, difficile de comparer). Imaginez 3 rangées de deux sièges disposées comme des gradins au ciné, le tout posé sur un pick up.

Les premiers kilomètres jusqu’à l’entrée du parc secouent pas mal mais ce n’est que le début!

On longe un grand lac séparé de la route par une barrière electrique « anti animaux » et on tombe déjà sur un éléphant. Malheureusement, rien de très joyeux…juste un éléphant sauvage qui s’est rendu compte qu’il était plus simple de quémander de la nourriture aux touristes de passage et qui est maintenant incapable de se nourrir tout seul.

Alors petit aparté: nourrir les bébés tigres de Thaïlande au biberon, filer des bananes et des cacahuètes aux éléphants avant de monter sur leur dos et balancer des gâteaux dans la mer pour faire venir les poissons, meme si c’est mignon, c’est MAL! Ceux sont des animaux sauvages faits pour vivre à l’état sauvage. À bons entendeurs!

Pour en revenir au safari…Après avoir acheté les billets à l’entrée du parc, c’est parti pour 4 heures de pistes défoncées.

Premier constat: il y a beaucoup de jeeps. On ne préfère pas imaginer ce que ça aurait donné à Yala. Et les chauffeurs ne se font pas de cadeaux, c’est à qui passera en premier quitte à faire fuir les animaux, asphyxier les autres jeeps de poussières voir même d’avoir une conduite un peu dangereuse. Heureusement, notre chauffeur ne fait pas parti du lot. On est tombé sur un oeil de lynx très sympa, passionné par les oiseaux.

Le paysage est assez surprenant, encore différent de ce qu’on a pu voir jusqu’à présent.

Dès les premières minutes, nous croisons nos premiers éléphants. Une maman et son élephanteau grignottent tranquillement des herbes hautes. L’éléphante s’approche très près de nous, c’est impressionnant! Un peu perturbés par cette rencontre, nous ne nous rendons pas compte que l’élephanteau est sorti de notre champ de vision. Petit coup de panique de notre chauffeur qui nous crie « wherrrre is the baby ». Heureusement, il n’est pas loin de sa maman. Leçon safari du jour: éviter se retrouver entre une éléphante et son petit, au risque de passer un mauvais moment!

Le safari dure environ 4 heures, l’occasion de croiser environ une trentaine d’éléphants au total! Nous visitons le parc au meilleur moment de l’année. Les herbes hautes sont encore bien vertes et attirent la gourmandise des éléphants. Dans quelques mois, la végétation verte laissera place à un paysage désertique où voir des éléphants sera beaucoup plus compliqué.

Wikipédia étant vraiment plein de ressources, voici quelques info pratiques pour briller lors d’un diner entre amis :

1. Des mathématiciens indiens ont reçu le prix nobel de mathématiques en 2002 pour avoir découverts la formule de calcul de la surface d’un éléphant d’Asie qui s’ennonce ainsi:

S=6.807h + 7.073c – 8.245, h étant la hauteur au garot et c la circonférence de l’empreinte du pied antérieur

2. Le bout de la trompe de l’éléphant d’Asie est en forme de poire et ne lui permet pas d’aspirer directement de l’eau pour boire mais lui sert « d’outil » pour se nourrir et boire.

Nous croisons également beaucoup d’oiseaux multicolores mais la luminosité de fin de journée rend les photos difficiles.

Nous croiserons aussi un croco caché dans l’eau, ainsi que des buffles d’eau.

Malheureusement, nous n’aurons pas la chance de croiser un léopard.

Après 4 heures de safari, couverts de poussières et le front bardé de moucherons, nous rentrons à la guesthouse pour un diner bien tranquille.

Le lendemain matin, un petit déjeuner typiquement Sri Lankais nous attend:

– Des pol rotis, petites galettes à la noix de coco, généralement servies en accompagnement d’un dhal.

– les fameux dhal de lentilles qui était absolument délicieux

Les wellawahum, il s’agit de crêpes garnies d’un mélange de noix de coco fraîche et de sève de palmier.

Le ventre bien remplis nous sommes fin prêts à prendre la route pour notre prochaine destination!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s