Sigiriya, le rocher du Lion

Lendemain de réveillon

Après un 24 décembre un peu arrosé, le réveil matinal n’est pas des plus faciles. Mais le taxi est déjà là, nous partons pour Sigiriya. Le GPS nous annonce environ quatre heures de route.

Une noix de coco et quatre heures plus tard, nous arrivons à notre guesthouse située à côté de Sigiriya.

Ce sont des chambres très basiques mais propres et la propriétaire est une crème.

En route pour le Rocher du Lion

Elle nous  confirme qu’une demi-journée de visite suffit largement pour avoir un bon aperçu du site. Sacs à dos sur le dos, nous grimpons dans un tuk tuk pour rejoindre l’entrée du parc. 

Le prix d’entrée est assez cher, plus de 20 euros le ticket. La visite a intérêt d’être intéressante à ce prix.

L’histoire de Sigiriya

Alors pour faire simple, c’est l’histoire assez commune de deux frères qui ne s’entendent pas très bien. Ca se passe il y a quelques siècles, au cinquième précisément. Le petit frère Kassyapa décide de piquer la place du grand frère héritier. Du coup il fait carrément emmurer papa et pousse son frangin à l’exil en Inde. Forcément , Kassyapa se retrouve avec quelques problème de bonne conscience!  Il décide de démenager à Sigiriya sur un gros rocher histoire d’être tranquille et en sécurité. Ca tombe bien, le rocher n’est pas très loin d’un réservoir d’eau construit par feu son papa.

Puisque que les Sri Lankais sont de vrais génies de l’irrigation, il ne leur faut pas longtemps pour trouver un système de citerne qui permet d’acheminer l’eau au sommet du rocher. Du coup Kassyapa, il peut rester tranquillou là haut sur son cailloux sans risquer de se frotter à son frère.

En plus, il s’entoure de plein de copines, les demoiselles de Sigiriya qui sont d’ailleurs peintes dans une anfractuosité du rocher.

La vie se passe tranquillement pendant 18 années jusqu’à ce que le grand frère revienne enfin pour se venger en privant son frère d’approvisonnement en nourriture. Une semaine plus tard, Kassyapa se rend et se fait zigouiller par la même occasion. Tout le monde rentre à Anurâdhapura, la capitale originelle. Sigiriya tombe dans l’oubli.

A laqueuleuleu ♩

Nos billets en main, nous nous dirigeons vers le rocher du Lion 🦁

Pour celà, il faut traverser les bassins et jardins qui entourent le rocher. C’est joli, dommage que le temps soit un peu gris. 

Ensuite les choses sérieuses commencent! L’objectif étant de monter♩ là haut sur la montagne les deux pieds les deux mains dans la…je m’égare!

Le début de la montée est assez tranquille même si on a l’impression qu’on est pas tous seuls à avoir prévu de monter la haut.

Et les choses se gâtent lorsque nous arrivons au goulot d’étranglement. C’est le début d’une longue file indienne qui ne s’arrêtera qu’à notre redescente!

La raison de cette longue queue, c’est qu’en plus du grand débarquement de touristed étrangers, les Sri Lankais sont également en vacances! Et des Sri Lankais qui font la queue c’est encore pire que des Indonésiens qui font la queue 😅 Certes la passion perche a selfie n’est pas encore démocratisée dans le pays mais par contre ça dépasse dans tous les sens. Il vaut mieux avoir une bonne paire de chaussures bien rigide pour la survie de vos doigts de pieds!

La seconde raison de cet encombrement, c’est l’escalier en colimaçon qui nous mènent aux demoiselles de Sigirya. Sa largeur ne permet qu’une seule file du coup forcément ça bouchonne! 

Pour limiter l’embouteillage, les photos de ces demoiselles ne sont pas autorisées ce qui est bien dommage car ces peintures sont très jolies et bien conservées. Cette conservation est en partie dûe au mur qui les protège (vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus). Ce mur est originel et très spécifique par sa brillance venant de l’enduit au jaune d’oeuf. Il est d’ailleurs baptisé le Mur Miroir.

J’ai piqué une photo sur google pour vpus montrer la beauté de ces demoiselles.

Après cette visite, on continue à monter sur un escalier pas très large jusqu’à arriver à une première terrasse. Ici, on peut voir les cages grillagées qui servent à protéger les touristes en cas d’attaque de frelons. D’énormes essaims sont visibles et il n’est pas rare que les frelons décident d’attaquer les touristes.

L’autre point d’intérêt de cette terrasse sont les 2 grosses pattes de lion qui encadrent l’escalier final. A l’origine, la statue était complète mais aujourd’hui il n en reste que les pattes.

Après une montée compressés comme des sardines, nous atteignons enfin notre but: le sommet et la citadelle. Et soyons honnêtes, les ronchonnades de la montée sont vites oubliées. C’est à couper le souffle cette vue! La vue à 360 degrés nous offre un panorama sublime. 

La redescente est également une longue file indienne et nous rentrerons à la guest house à la nuit tombée mais conquis par ce lieu magique.

Notre gentille propriétaire nous a préparé un délicieux curry pour le dîner. 

Demain c’est le départ tant attendu pour les montagnes d’Ella!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s