Gili Layar, ça gratte

Pour clôturer la saison touristique 2017, c’est à Gili Layar, au sud-est de Lombok, que nous allons passer notre weekend en compagnie de Mathilde, Romain, Béré, Julien et un peu Robin.

Comme à chaque fois que nous prenons un vol avec la compagnie Lion Air, il y a du retard…nous arrivons donc à Lombok à minuit passé et la route est encore longue. La première étape est de trouver un chauffeur prêt à nous déposer à Sekotong, le port d’embarquement pour Gili Layar. Les garçons négocient un bon prix mais 500 mètres plus tard notre chauffeur nous la fait à l’envers et décide d’augmenter le tarif! Pas très réglementaire comme technique mais vu qu’on est fatigué, on finit par accepter.
Ca recommence au milieu du trajet quand  il commence à vouloir ré-augmenter le prix du trajet sous prétexte qu’il est tard. On s’enfonce tous dans un mutisme complet quand il insiste pour nous faire payer plus cher. Comme ça on ne lui dit pas non, au risque de se faire débarquer en plein milieu de la pampa mais en même temps, on ne cautionne pas son arnaque car si on lui dit oui, le prix risque d’augmenter à chaque kilomètre!

Nous arrivons enfin à Sekotong, tous bien contents de nous débarrasser de ce chauffeur. Il faut certes gérer son caca nerveux  quand on lui dit droit dans les yeux qu’on ne payera pas plus que prévu mais au final il laisse rapidement tomber.

Ce qui nous permet de nous retrouver…. face à un portail fermé! Malgré le fait que Robin, Béré et Julien soient deja sur place (et donc prévenus de notre arrivée tardive), la porte est close.

Par d’autres choix que d’escalader pour ouvrir de l’autre côté. Merci Romain pour cette belle démonstration d’agilité! Enfin, voila, finalement on est enfin dans nos lits… le temps d’une courte nuit avant d’embarquer pour Gili Layar.

Au petit matin, nous retrouvons Robin, Berenice et Julien au bord de la piscine. Robin est en pleine négociation avec lui même pour savoir s’il vient passer la journée avec nous sur l’ile avant de reprendre son vol pour Jakarta puis Munich (il aime l’idée du challenge visiblement puisqu’il finit par déciderde se joindre à nous).

Le temps d’avaler un petit déjeuner et de disserter sur la calvitie naissante de Tibo et  nous voila fins prêts à partir pour Gili Layar.

Ci dessus, 2 étapes caractéristiques de la calvitie. En bas: la calvitie dite naissante, en haut: la calvitie dite avancée

Sauf qu’on a pas encore bien étudié le moyen de transport. On demande donc à notre hotel un peu d’aide mais ils nous annoncent des prix exorbitants. D’ailleurs au passage, le Coral Palm est un endroit que nous deconseillons pour son prix bien trop élevé et ses patrons pas sympas du tout. Voila ça c’est dit!

Nous voila donc sans bateau mais Romain la débrouille n’a pas dit son dernier mot! Ni une, ni deux, vêtu de sa plus belle chemise… (je vous laisse juger ci-dessous)

…le voila qui fait ami-ami avec un indonésien qui connait quelqu’un qui lui même connait quelqu’un qui connaitrait quelqu’un…enfin bref on a un bateau!

45 minutes plus tard, nous débarquons sur le petit îlot de Gili Layar. La première constatation, c’est qu’en cas de tsunami….on est foutu! La deuxième, c’est que l’endroit semble vraiment relax.

Notre Robin étant un peu pressé par son retour sur la terre ferme, nous commandons notre déjeuner et bien nous en a pris car on peut serieusement affirmer que nous avons battu tous les records en terme de temps d’attente!

Le temps pour nous de découvrir les lieux…

Presque 2h plus tard, le déjeuner est enfin servi sauf qu’entre temps le ciel s est considérablement assombri et un bel orage éclate! Robin est donc coincé sur l’île avec nous…quand je vous disais qu’il aimait le challenge.

 

Heureusement, comment souvent en Indonésie, ca finit par se calmer et Robin peut enfin partir. Les paris sont pris mais ça semble mal engagé pour son avion!

De notre côté, les activités de la journée se résument à dormir, boire des bintang, se baigner et se faire dévorer par les mouches des sables (spécialement de sortie apres la pluie)
On a aussi assisté à une parade amoureuse un peu étrange…

 

 » La parade amoureuse indonésienne met en scène les deux partenaires dans une danse étrange autour d’un sarong et d’une bintang,  respectivement tissu et boissons traditionnels d’Indonésie » – L’Indo pour les nuls –

Sinon, pour couper court à un intenables suspens…Robin a finalement eu son vol! Comme le dit un proverbe Gaellique « Mieux vaut avoir de la chance que de se lever tôt »

De notre côté, la soirée continue tranquillement au rythme de l’île.

Le lendemain, évaluation des dégâts: les mouches de sables se sont régalées toute la nuit et des dizaines de piqûres me couvrent le corps. Ca gratte terriblement, les moustiques, à côté de ça, c’est du pipi de chat!!

Le programme de la journée est à peu prêt identique, c’est à dire baignade et repos. Mathilde croisera une tortue sur son chemin et moi…un transat! Comme la veille, le ciel se couvre d’un coup et une pluie battante s’abat sur l’île. Heureusement, on a pas un avion à prendre nous! (Oui on a décidé de tester le premier vol du lundi matin pour rentrer à Jakarta).

 

IMG_20171105_133525.jpg

Finalement, la pluie s’arrête et puis de toute façon, on a presque épuisé les réserves du restaurant et plus une seule Bintang pleine ne traine sûr l’île…il est donc temps de rentrer sur la terre ferme! 👋

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s