Togian, paradis pluvieux 

Après quatre jours dans le pays Toraja, il est temps pour nous de dire au revoir à Meyske qui décidément va nous manquer…

Nous partons pour une nouvelle destination, les îles Togians.

Les Togians, c’est une destination qui nous trottait dans la tête depuis un moment. Ces îles, réputées pour être relativement difficiles d’accès, sont aussi connues pour abriter les gyspsy des mers: les Bajau.

Nous comptons atteindre ces iles en partant depuis le port d’Ampana. Seulement celui ci se situe à plus de 500km du pays Toraja…une distance pharamineuse en Indonésie! Du coup nous décidons de suivre le conseil de Meyske et de nous arrêter pour la nuit à Tentena, située à 8h de route du pays Toraja. Nous ferons les 5h de route restantes pour Ampana le lendemain matin.

Histoire de vous y retrouver dans ce périple compliqué, je vous ai préparé un petit schema de mon cru pour vous aider à vous y retrouver!

Meyske nous a arrangé le transport, nous ferons donc la route en 2 étapes avec Tenning, son chauffeur.

De bon matin, levés 5h et prêts à 6h exactement, nous quittons Meyske et montons dans la voiture pour de longues heures de route.

Au départ, nous sommes optimistes et pensons arriver vers 14-15h à Tentena. Ca nous laissera le temps d’aller jeter un oeil sur la magnifique cascade de Tentena.

Mais c’est peine perdue, la route est mauvaise, les récents tremblements de terre ont provoqués de nombreux éboulis dans les chaines de montagnes que nous traversons. C’est à la nuit tombée que nous arrivons à Tentena, complètement rincés par la route.

La bonne nouvelle c’est que nous avons le droit à notre première douche chaude depuis notre départ de Jakarta! Sinon l’hotel est glauque au possible mais pour une nuit ca ira.

A peine douchés, nous croisons un couple de français, Gael et Lisa, installés depuis 10 ans en Nouvelle Calédonie. Nous décidons d’aller boire une bière et diner ensemble. Tenning nous propose de nous conduire mais c’est à quelques minutes à pied, nous lui suggérons de se reposer pour la route de demain meme si nous partons qu’à 7h du matin.

Autour d’un burger (oui trouvaille improbable), le courant passe bien avec Lisa et Gaël. Gael nous fait penser à notre copain Cahuete, même voix, mêmes expressions!

Nous proposons du coup de partager ma voiture avec eux le lendemain puisque cela leur ferait gagner une journée dans les Togians!

Du coup, à notre retour à l’hotel, nous allons demander à Tenning s’il est d’accord pour que Lisa et Gael viennent avec nous, quitte à payer un petit complément.

Il nous repond « venez vous assoir, nous devons parler »…la réponse nous surprend mais nous le suivons sans broncher.

Il nous parle alors en Indonesien, on lui fait répéter 3 fois car nous ne comprenons pas mais on se doute que c’est grave à sa tête décomposée… Nous réalisons alors que son frère vient de décéder et qu’il doit retourner en urgence au pays Toraja.

Ca nous fait vraiment mal au coeur et on ne sait pas trop quoi dire…on voit aussi un peu la galère de lendemain s’annoncer pour notre transport pour Ampana ( et la suite de galères que ca pourrait générer)

Mais Tenning est d’un professionnalisme remarquable, il a deja tout organisé…un ami à lui viendra nous chercher à 4h du matin (le réveil va etre dur) et nous conduira à Ampana. Tenning s’excuse à multiple reprises mais c’est nous qui sommes désolés pour lui. Nous l’abandonnons, un peu chamboulés,pour aller dormir quelques heures.

Le point positif c’est que du coup nous devrions arriver a Ampana suffisement tôt pour attraper le premier bateau de 9h. Nous contactons donc pak Edy à Ampana pour qu’il nous réserve des places. Sa réponse: le boat de 9h a été charterisé par les locaux, il est plein…le boat de 13h est plein aussi (il n’a donc pas tenu sa promesse de nous réserver 2 places)…reste le public boat de 10h qui met au moins 4h contre 1h20 pour atteidre le village principal des Togians, Wakai. Je suis pas contente du tout! Le lendemain va être une longueeee et fastisieuse journée…

Le lendemain matin, après moins de 5h de sommeil, nous trouvons notre nouveau chauffeur endormi dans sa voiture…nous le réveillons tant bien que mal (il est arrivé à Tentena à 1h du matin et à donc dormi environ 3h 😐). Une petite douche, un pipi et c’est parti! Nous qui avions peur qu’il soit mal réveillé, on est tombé sur un excité du volant! Il prend tous les virages en ligne droite et un vomi plus tard…nous voila à Ampana en moins de 3h! Incroyable!

Nous nous arrêtons au Marina Cottage où réside le fameux Edy. Ce qu’il faut savoir c’est que les Togians sont un archipel d’îles où ni internet, ni le téléphone ne sont disponibles! Du coup tous les hôtels sous-traitent leur réservation au le fameux Edy. Pour informer l’hotel de votre réservation, Edy transmet l’info par lettres aux quelques touristes se rendant dans les Togians…et forcément des lettres, ca se perd! Du coup les reservations dans ces iles sont toujours un peu incertaines, il faut parfois accepter de dormir dans les cuisines pour 1 ou 2 nuits!

Le choix de l’hotel n’est pas simple car les iles sont multiples. Nous avons jeté notre dévolue sur l’île de Malenge, à 2h30 de bateau après le port principal de Wakai…autant vous dire que la route est encore longue depuis Ampana!

A notre arrivée, nous rencontrons le fameux Edy qui au final est un chouette type. Il nous annonce qu’il reste finalement des places sur le speed boat de 13h #dancedelajoie. On patiente donc pendant 3h au Marina Cottage avant de nous rendre au port.

L’embarcation est musclée, comme souvent il y a un sérieux surbooking et il faut jouer des coudes pour avoir un trou de souris pour s’asseoir. À ce moment là de la journée, je suis aussi gracieuse qu’un pit bull et je peste allégrement sur le gamin obèse qui ose déborder d’une demie-fesse sur mes pieds (oui il est assis à mes pieds).

Après plus d’une heure de speed boat et après avoir déposé Gael et Lisa à leur guesthouse, nous arrivons enfin au port de Wakai vers 15h.

Mr Lapipi, un ami d’Edy nous attend avec son boatman pour nous transporter pendant 2h30 jusqu’à Malenge.

Et franchement ces 2h30 sont difficiles, Tibo s’écroule de fatigue et moi je stresse d’arriver au resort et que notre réservation n’ait pas été reçue.

Le paysage que nous traversons ne ressemble pas du tout à ce que j’avais imaginé des Togians. Il y a certes les grosses îles avec les plages et les cocotiers mais surtout des dizaines de micro-îlots d’à peine quelques mètres carrés. Au milieu de tout ça, une eau verte et des villages bajau!

Le problème c’est que le ciel noircit de minutes en minutes… en arrivant à vue au resort, c’est la douche. Et là nous croisons vraiment vraiment les doigts pour que notre réservation n’ait pas été perdue!

#dansedelajoiebis Ils ont notre réservation! On a un toit!

Notre resort est le Sandy Bay et contrairement à ce que l’on a pu lire sur internet, il n’y a pas 4 mais 10 bungalows au total…visiblement les affaires marchent bien!

A l’arrivée, on apprend que sur les 8 bungalows occupés, 7 le sont par des francophones. En bons associables (enfin surtout moi) ca nous fait (au premier abord) pas plaisir d’avoir fait tout ce chemin pour tomber sur des compatriotes!

Edy nous avait prévenu que les Togians pullulaient de français  (la faute à quelques bloggueurs connus qui ont fait la promotion de ce paradis) et bien il avait raison!

Heureusement, le bungalow est très chouette, tout vitré avec une magnifique vue sur la baie.

Une fois nos affaires installées, on part explorer le restaurant-lieu de vie où nous rencontrons Aspan, guide pour le Sandy Bay et Bajau ainsi que Simon le manager.

Nous tombons aussi sur un couple de francais, un couple de francaises, un couple de Belges, un couple de Québécois ( cette guerre d’accents😂), un couple franco-norvegien et un couple franco-allemand. Tout ça tout ça!

N’oublions pas ce couple genial d’australiens hippies-retraités, tombés au milieu de tous ces francophones (les pauvres)!

Est-ce l’absence  de réseau téléphonique qui pousse à l’échange ou ce point commun d’aimer voyager? En tout cas, on s’est rarement aussi bien entendu en groupe! Et finalement ce premier à priori négatif de se retrouver entre français va finalement se transformer en chouette moment convivial!

Pour notre première soirée, on ne fait pas long feu et on part se coucher, bercés par le son des vagues!

Le lendemain matin…

J’ouvre un oeil…chouette il fait beau!

J’ouvre deux yeux…il fait tout gris!

Le soleil n’est pas de la partie mais vu que nous sommes encore fatigués de notre périple de la veille, ce n’est pas très génant! Nous décidons de prendre notre temps ce matin. Les autres partent en excursion voir le village Bajau mais puisque nous avons prévu de passer 6 jours ici, nous préférons attendre pour y aller sous le soleil!

L’après-midi, c’est snorkeling….les coraux ne sont pas loin mais à quelques mètres à peine, aieee ca me pique le bras gauche! Je relève un peu la tête pour tomber nez à nez avec une méduse toute transparente. Du coup c’est demi tour express vers la plage. Après investigation, évidemment je suis la seule à avoir rencontrer une méduse sur le chemin😐

Du coup j’y retourne courageusement et croise le chemin d’une sting raie un peu venimeuse mais elle a au moins aussi peur de moi que moi d’elle!

Pour plus de détail sur comment se faire tuer par une sting raie: http://animals.howstuffworks.com/fish/stingray.htm

Pfiou que d’aventures dans ce milieu hostile!!

Mais c’est pas fini…tintintintin (musique des dents de la mer) qui voila? Lessss requins! Bon ok, ce sont des petits bébés requins à pointe noire donc pas grand risque mais je ne voudrais pas croiser la maman! En tout cas je suis super contente car j’en vois 3-4 (enfin c’est surtout Tibo qui les voit). C’est la premiere fois que je vois des requins et même s’ils sont minus, ca reste une chouette expérience!
Je vous passe les details de la suite: némos et tout l’aquarium qui va avec…bref tout allait bien jusqu’à mon échouage sur les coraux, mon sens de l’orientation est encore pire dans l’eau! Me dirigeant initialement vers la plage j’ai terminé droit dans les rochers à l’opposé de la plage?!!

Assez pour moi, du coup je préfère aller fouiner dans les algues, il paraît qu’il y a un couple d’hyppocampes qui y a élu domicile!

Autant chercher une épingle dans une botte de foin…mais c’est sans compter l’oeil aiguisé d’Aspan finit par trouver le couple d’hyppocampes au milieu des algues.

Les pauvres se retrouvent encerclés de go pro et appreils photos en tout genre mais c’est vrai que c’est assez rare d’en voir, du coup tout le monde veut immortaliser l’instant. Pour mon cas c’est la première fois que j’en vois!

Selfie hyppocampe

A barboter dans l’eau, l’après-midi passe rapidement.

Après le dîner, nous décidons de trinquer à l’Arak, alcool de palme de local. Cet alcool est vendu dans des petits sachets plastiques au village Bajau…bien évidemment on taquine Aspan sur le fait que l’Arak c’est de l’alcool et que l’alcool c’est haram (pêcher). Il nous certifie qu’il a épluché le coran en long et en large avec ses copains et que c’est pas marqué que l’Arak c’est haram…bon si c’est lui qui le dit, pas de problème! 😊

Au choix pour déguster  (rendre buvable) l’arak:

– Coca cola: c’est l’arakobama

– Sprite: c’est l’araklinton

– Fanta: c’est l’araktrump

Vous voyez l’idée ?…

Le lendemain matin, « il va faire beau, il va faire beau, je sens qu’il va faire beau »…j’ouvre un oeil, j’ouvre 2 yeux, et il pleut!

C’est la déprime au resort avec ce mauvais temps! Heureusement le karma nous a réservé un divertissement de taille, il nous a envoyé Barbie-connasse (communément appelée Big Boobs) toute droite arrivée de sza Repoooubliiiqueuh Tchèquehh!

Imaginez des seins plastiques gros comme des melons (au moins elle risque pas de couler en snorkeling), des cheveux filasses blonds peroxydés, peinturlurée comme un camion volé avec du fard à paupière bleu fluo et du gloss rose paillette, une manucure orange et verte fluo ainsi qu’un amour incommensurable pour les débardeurs roses à dentelle…et vous aurez une bonne idée du personnage! Princesse Big Boobs nous honore de sa présence éblouissante! #ouicestmaldejugersurlephysique

Nous passons une bonne partie de la matinée pluvieuse à observer cette etrange créature qui fait baver les petits indonésiens.

Seulement voila Princesse Big Boobs n’est pas contente! Nous, infimes moucherons de ce bas monde osons squatter sa plage. 

Le problème c’est que d’après Simon et Aspan, Big Boobs travaille pour une agence de voyage. Ils se doivent donc de réaliser ses moindres désirs. Mais les caprices de la dame, à priori sponsorisés par l’argent de son riche mari, n’ont pas de limite.

Du coup, à peine arrivée, la voila repartie au village Bajau!

Nous de notre côté, le temps ne s’améliore pas trop. Du coup c’est un après-midi tranquille, plage et lecture, avec une noix de coco pour ne pas nous déshydrater sous le so..la pluie!

Le soir, petit tour aux cuisines pour récupérer la recette du délicieux poulet kecap que nous avons mangé au déjeuner. Bien sur les cuisinières ne parlent pas anglais, on demande donc à Aspan de nous traduire la recette…petit flottement quand on réalise qu’en fait il ne sait pas vraiment lire.  Mais finalement après avoir renifler les épices une par une pour deviner ce que c’est, notre recette est complète! Testée et approuvée depuis, c’est un délice!

Au moment du dîner, Big Boobs  s’assoit en face de nous…en personnes civilisées et bien éduquées nous lui demandons comment s’est passé sa journée au village.

Réponse de la barbie: cet endroit est nul, c’est un faux village créé de toute pièce par le gouvernement en 2013 pour appâter les touristes naïfs et vraiment ça n’a rien de naturel!

Sur le moment, on est un peu surpris car Aspan nous a déjà expliqué que c’était un village ancien…

Finalement, après avoir nous même visiter le village (je vous raconte ca un peu plus bas), on a eu la confirmation que le cerveau de Big boobs est aussi petit que ses seins sont gros!

Rétablissons la vérité…ce village est bien un village authentique. Il s’agit du pont entre le village et la terre ferme qui a été construit en 2013 par le gouvernement afin de faciliter l’accès à l’école pour les enfants.

Et on ne sait pas privé pour lui faire part de sa bêtise  « oooo i’m soooorry my english not good »

Un dernier verre d’Arak et puis c’est déja l’heure d’aller se coucher!

3ème jour: il ne fait toujours pas beau! C’est reunion de crise entre moi et Tibo…à l’origine, nous avions prévu de rester 6 jours aux Togian. Oui mais voila, avec le mauvais temps, on tourne en rond et nos petits gars du resort n’ont pas l’air super optimistes!

Nous envisageons sérieusement d’écourter notre séjour aux Togians car malheureusement ce n’est pas très amusant sous la pluie et on commence un peu à s’ennuyer.

Après discussion avec Simon, nous apprenons qu’il existe des vols depuis Ampana pour différentes destinations.

L’un des vols depuis Ampana est à destination de Palu. C’est parfait puisque c’est le point d’entrée du parc de Lore Lindu, qui abrite des mégalithes d’un autre âge.

C’est décidé, nous écouterons notre séjour aux Togians pour un détour à Palu. Simon, qui retourne sur la terre ferme demain, se chargera des réservations puisqu’aux Togians, pas de moyen de communication si ce n’est une vieille radio.

Mais en attendant, pas question de se laisser abattre par le mauvais temps. Nous décidons d’aller visiter le village Bajau dans l’après-midi. C’est donc sous la pluie que nous partons découvrir ce peuple gypsi.

Nous accostons après 30 mn de bateau sur la terre ferme, pas de village sur l’eau à l’horizon mais un charmant village terrestre, bordé de fleurs et de pelouse verte.

Malheureusement, à peine arrivée, mon objectif photo me lâche définitivement…j’ai envie de pleurer.
Malgré tout, la déception laisse rapidement place à l’émerveillement. Après avoir traverser le village, nous arrivons face à un immense ponton menant au village bajau, planté au milieu de l’eau.

Même sous le ciel gris, la couleur de l’eau est merveilleuse et donne envie d’y plonger direct! Cependant la concentration d’oursins au mètre carré nous en dissuade.

Nous nous baladons dans le village au gré des rencontres. Les enfants se prêtent avec joie aux photos…je fulmine d’avoir mon appareil inutilisable!

Après 2h de balade et un stock d’arak sous les bras, je tombe en amour devant un monticule de tomates. 2 kilos de tomates plus tard, nous repartons vers le Sandy Bay. A nous la salade de tomates pour ce soir!

Retour au Sandy Bay

Après une petite bintang avec nos colocataires de plage, j’attaque mes 2 kilos de tomates. Ca fait bien rigoler les cuisinières qui m’observent du coin de l’oeil. 

Aspan joue l’amuseur public ce soir. Il nous raconte, complètement décomplexé, comment il a échappé à un transsexuel le soir de ses 20 ans, en lui mettant un piment dans les fesses! Et à grand renfort de mimes, il nous decrit la poursuite entre le transsexuel armé d’une machette et Aspan, dépouillé de ses vêtements. La morale de l’histoire est de toujours avoir un piment dans la poche.

Un dernier verre d’arak avant d’aller faire un tour sur la plage…il parait que l’on peut voir du planton luminescent.

Il suffit de piétiner le sol pour que le sable s’illumine sous nos pieds. C’est magique… par contre c’est notre sport de la journée car il faut taper fort du pied pour que ca brille, au bout de 10mn on finit en sueur! Il est deja temps d’aller se coucher! 

4ème jours sur les Togians…c’est l’heure du départ pour nos compagnons de plage accompagnés par Aspan et Simon (qui retourne à Ampana pour cause de naissance imminente). Le resort se vide et nous retrouvons seuls avec les Australiens et Big boobs.

Tibo et les Australiens (Liz and Pete) décident de partir faire un tour de snorkeling. Quand à moi, le transat me fait de l’oeil.

Liseuse sous le bras, je m’installe bien confortablement sur mon transat, comblée par un petit rayon de soleil…*soupir de plaisir.

Sauf que voila…avec Big Boobs dans les parages, mon moment détente va être de courte durée.

A peine 10mn après avoir poser mes fesses sur le transat, une des cuisinières m’interpelle et me demande de venir l’aider.

Je me retrouve face au captain du speed boat commandé par Big Boobs pour la modique somme de 15 millions de roupies soit environ 1000 euros.

Notre présence l’insupportant au plus au point, Barbie-connasse a exigé de se faire trimballer elle et ses gros seins jusqu’aux îles les plus lointaines de l’archipel…soit environ 7h de bateau aller-retour.

Aspan a bien essayé de la dissuader à grand renfort de cartes et en lui expliquant la dangerosité du trajet mais Big Boobs ne veut rien entendre…quand aux 7h de bateau, « Aspan est un menteur car ca se voit bien sur la carte que ce n’est pas si loin »

Donc bref, ayant quand même réussi à dégoter un captain avec un speed boat du gouvernement prêt à satisfaire les caprices de Big Boobs, voila qu’elle change d’avis « Ze weather is not enough shinny, you understand what i mean » 

Le pauvre capitaine se retrouve en plan, sans bien savoir quoi faire et surtout franchement en colere contre Big Boobs qui lui a fait faire 2h de bateau pour venir la récupérer au resort.

Me voila donc appelée à l’aide pour faire la traductrice. Le captain m’explique qu’il veut que Barbie lui paye l’essence pour le déplacement ce qui me paraît normal. Me voila donc en train de grimper sur la coline où elle s’est exilée pour ne pas croiser le chemin des gens de ce bas monde.

Je lui explique la situation poliment (parce que mes parents m’ont bien élevés 😍)

« Whatttt he wants me to pay now? NOW??? *soupir exaspéré* »

Je botte en touche en lui disant qu’elle fait bien ce qu’elle veut et que moi basiquement je m’en fous.

Je redescends tranquillement, direction mon transat! Un peu prise de scrupules je vais voir mon captain pour lui dire que j’ai bien transmis l’info a Big Boobs et que Inchallah elle le payera ( inchallah, le mot magique à placer à toutes les sauces quand vous ne voulez pas trop vous engager sur un truc)

Me revoila sur mon transat, les doigts de pied en éventail. A peine le temps d’attraper un coup de soleil que j’entends « heee heee come here, talk to them »… je sens la moutarde me monter au nez mais le regard implorant du captain et des staffs du resort me font céder.

Je me retrouve coincé entre Big Boobs et le capitaine. Le capitaine veut son argent… et Big Boobs veut s’assurer que le captain a bien compris qu’elle etait la pour encore 4 jours et qu’il doit rester à sa disposition. 

Forcément le captain est pas d’accord car le trajet prend plus de 2h depuis chez lui pour venir au resort. Donc pas question pour lui de faire le déplacement pour rien. Barbie connasse est intransigeante et exige qu’il vienne tous les jours jusqu’à ce que le soleil pointe le bout de son nez…

Après 30mn à jouer la traductrice des caprices, j’explose quand Big Boobs m’ordonne (littéralement) de lui arranger son trajet du lendemain avec le capitaine et qu’en plus elle se plaint du prix annoncé.   » I AM NOT YOUR FUCKING TRAVEL AGENT » (la colère rend vulgaire). Regard outré de Big Boobs!  Je lui explique que c’est mon dernier jour aux Togians et que j’ai autre chose à faire que de régler ses problèmes, surtout quand c’est demandé de cette manière. Le regard outré laisse place à de la surprise puis des excuses. Big Boobs ne doit pas être habituée à ce qu’on lui tienne tête.

Affaire close, me revoilà sur mon transat, profitant d’un demi rayon de soleil…Tibo et les Australiens reviennent enchantés de leur sortie snorkeling!

Pour notre dernière après-midi, nous avons décidé dès le matin de retourner voir le village Bajau.

Le problème c’est qu’Aspan et Simon ont pris les 2 gros bateaux à moteur le matin et ne sont pas encore rentrés. Il reste donc 1 petit bateau à moteur…que Big Boobs (oui encore elle) nous chippe à barbe et au nez. Là je suis furax car le staff m’avait promis le bateau. Ils se rendent compte que je ne suis pas contente ce qui semble un peu les embêter…du coup, les voila en train de démonter un des moteurs du petit bateau pour l’installer sur un second bateau. On va croiser les doigts pour ne pas tomber en panne mais au moins notre sortie est sauvée  (même si ca nous embête de nous mettre nous aussi à faire des caprices).

A nouveau, la visite du village est incroyable même si on y retrouve une ambiance différente de la veille. Le village est tout endormi…des banderoles nous laissent penser qu’il y eu une fête la veille.

De retour au resort, nous assistons à notre premier et magnifique coucher de soleil. Le ciel irradie, parfait pour une petite bintang bien fraiche.

Pour notre dernier dîner, nous papotons avec les Australiens Pete et Liz. Ce couple de retraités a parcouru la planète en van et ne tarissent pas d’anecdotes de voyage…inspirant! Nous retrouvons également Aspan, qui nous égaye encore une fois d’une histoire où il finit tout nu.

D’ailleurs, en parlant d’Aspan, je vous mets un petit lien d’un autre blog qui parle de lui et de ce qui se cache derrière l’amuseur.

http://declic-et-des-claques.com/asban-de-lautre-cote-paradis/

Vers 20h, nous réalisons que Big Boobs n’est toujours pas rentrée alors qu’il fait nuit noire depuis plusieurs heures. On n’est pas super inquiets pour elle car avec ses airbags elle ne risque pas de couler en cas de naufrage mais nous pensons plutôt  au conducteur du bateau et un des enfants des employés du resort partis avec elle.

Finalement tout ce petit monde arrive en un seul morceau. Quand nous faisons remarquer à Barbie-conasse que nous nous sommes inquiétés: « yessss you know late sunrizzzzeuh, and gazôlineuh »…note pour la prochaine fois: avancer l’heure du coucher de soleil et prévoir les pagaies pour éviter le stop essence. 

Il est temps de se coucher car le lendemain, c’est le grand départ! Pour être sûr de ne pas louper le speed boat, nous partons à 4h du matin. La nuit va être courte…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s