Les îles volcaniques des Moluques Nord

Bienvenue à Ternate, incontournable N°14, page 12, 10ème édition du Lonely Planète!

Avec sa minuscule voisine Tidore, ces îles volcaniques, qui semblent aujourd’hui oubliées du monde, furent autrefois un haut lieu du commerce des épices, quand noix de muscades et girofliers ne se trouvaient nul part ailleurs que sur ces deux îles.

Grâce au commerce des épices, les sultanats musulmans de Ternate et Tidore devinrent rapidement les plus puissants dirigeants des Indes Médiévales mais également terribles rivaux.

La rivalité exacerbée de ces 2 îles et l’appât de ces épices si rentables amorce rapidement le processus de colonisation:

  • Les premiers colons sont Portugais, ils débarquent en 1511 à Ternate. En réponse, Tidore y invite les Espagnols  mais la cordiale hospitalité se termine rapidement quand les colons tentent de s’approprier le marché des épices.

 

  • Les Portugais sont battus à Ternate en 1575. Les Espagnols et Hollandais cherchent alors à s’accaparer le monopole des clous de girofle. Ce sont les Hollandais qui gagnent en s’alliant à Ternate pour chasser les espagnols. Pour Ternate, l’intérêt de l’alliance réside dans le cadre de sa rivalité avec le sultanat de Tidore.

 

  • En parallèle, les hollandais installent également un comptoir à Ambon, dans les Moluques Sud et ne tardent pas à entrer en conflit avec Ternate. A la fin du 17ème siècle, les hollandais, qui ont vaincu le sultanat de Ternate, émettent un traité stipulant que le clou de girofle ne sera plus cultivé dans les Moluques Nord. S’en suivra une destruction des girofliers de Ternate et Tidore au profit des régions plus faciles à contrôler.

( Source Lonely – Wikipédia)

C’est donc dans un lieu chargé d’histoire que nous allons passé notre weekend de 4 jours, en compagnie de Mathilde, Marion, Romain et Tibo. Pour preuve, le paysage de Ternate et Tidore a été immortalisé sur le billet de 1000 Roupies.

img-20170601-wa00071.jpg

Le réveil sonne tôt, nous décollons de bonne heure car la route est longue jusqu’à Ternate. Notre vol fait une escale à mi chemin, à l’aéroport de Makassar.

L’occasion pour nous de nous dégourdir les jambes et de nous approvisionner en jus de fruits de la passion, spécialité de la région.

Je suis une vraie rock star poursuivie par ses groupies. Une indonésienne me prend en chasse avec son téléphone photo, foto foto foto miss…je cède et lui accorde sa photo mais ça n’est pas assez. Alors que je suis en train de piquer du nez assise à mon siège; voila ma groupie qui débarque et s’assoit à coté de moi, m’attrape le bras et me gratifie d’un « foto foto miss »…ouhh l’erreur! La pauvre indonésienne repart toute penaude de ne pas avoir eu sa photo. C’est à dire que lever matinal+ ventre vide ne font pas bon ménage avec ma bonne humeur.

Nous reprenons ensuite un vol de 2h avant d’atterrir à Ternate. Le fuseau horaire de Ternate est en avance de deux heures par rapport à Jakarta, nous sommes bien plus à l’est, au final pas si loin de la Papouasie.

Histoire de planter le décor, précisons que nous avons débarqué à Ternate en pleine période des pluies et au milieu du Ramadan.

Le weekend a donc été sacrément humide, avec une météo changeante digne d’un temps breton (par là j’entends qu’il fait beau plusieurs fois par jours hein…)

Quant au fait de vivre le Ramadan dans un sultanat musulman, tout en étant les seuls blancs becs du coin, forcément ça n’a pas été super agréable. Impossible de manger la journée et obligé de boire discrètement. Une petite remontrance quand M a décidé de sortir sa gourde pile devant une mosquée mais sinon rien à signaler à par des estomacs criant famine.

Mis à part ces deux points un peu négatifs, Ternate et Tidore sont vraiment des îles qui méritent le détour.

Imaginez Ternate comme un gros cône planté au milieu de la mer, le dernier éternuement du volcan date de 2003. Il n’est pas spécialement considéré comme dangereux mais est toujours actif. Nous avions initialement envisagé de grimper le volcan mais la saison des pluies rend le chemin impraticable. Nous avons donc préféré remettre la grimpette à une prochaine fois 😀

A notre arrivée à Ternate, nous sautons dans un taxi pour nous rendre à notre hôtel. Pas moyen de négocier le prix qui est relativement cher par rapport à ce que l’on a l’habitude de payer. Après 30 mn de voiture, nous arrivons à la Villa Ma’rasai, un lieu plein de charme et idéalement situé. La vue des chambre est superbe, enfin surtout celle de Mathilde et Romain. On se sent bien dans cet endroit, malheureusement le patron, réputé pour ses bons plans,  est en déplacement à Singapour. Un ami à lui se charge de nous accueillir mais il assurera vraiment le strict minimum pendant tout notre séjour.

A peine arrivés, nous repartons pour explorer l’île en scooter. Premier stop de la balade: le lac Tolire.

La légende voudrait que ce lac soit infesté de crocodiles. On a bien guetté la surface pas de croco à l’horizon. A vrai dire, ce lac est sujet à de nombreuses légendes:

  • il serait connecté à la mer par un canal souterrain
  • il serait impossible de jeter une pierre, aussi lourde soit-elle, dans l’eau du lac. On a nous même tenté l’expérience et je pense que nous sommes habités d’une force extraordinaire puisque nos pierres ont sans problème touchées l’eau du lac. En toute cas, celui qui a lancé le business de la vente de pierres au bord du lac a tout compris!
  • enfin la dernière légende voudrait que le fond du lac soit rempli de trésors du sultanat.

Mouai…on vous laisse vous faire votre opinion mais nous on reste un peu dubitatifs

DSC09680

 

Au moment de repartir, la pluie commence à tomber. Nous décidons de patienter quelques minutes mais l’averse ne passe pas… On reprend donc les scooters sous la pluie, en direction de notre prochaine étape: la plage de Sulamadaha, avec l’espoir que le temps se dégage.

Après plusieurs minutes sous une pluie battante, nous décidons de rebrousser chemin et de rentrer à l’hôtel.

Nous y arrivons complètement trempés, pensant à la bonne douche chaude qui nous attend…ou pas! C’est un peu la déception quand on se rend compte que ca sera douche froide ou froide.

Bon la bonne nouvelle, c’est qu’avec toutes ces péripéties, c’est l’heure de la fin du jeûne. Autrement dit…on va enfin pouvoir se remplir l’estomac!

L’ami du propriétaire nous fait bien sentir qu’il serait bien content qu’on sorte manger à l’extérieur plutôt qu’à la villa.

Du coup direction le « Ikan Bakar Terminal », à 30 mn de la villa. Il s’agit d’un stand de poisson grillé où l’on peut choisir le poisson de notre choix pour la modique somme de 5 euros ( riz et délicieux légumes inclus). Autant vous dire que l’on se fait un festin de poissons; à se rouler par terre de plaisir.

Le ventre bien rempli, il est temps pour nous de nous coucher après une longue journée.

Le lendemain matin, on est réveillé en sursaut par des petits coups à la porte…on s’était mis d’accord la veille pour partir au plus tard à 9h du matin et il est déja 9h15! Ni une ni deux, une douche froide et c’est parti. On retrouve Marion qui nous a rejoint après un vol de nuit épique depuis Jakarta.

Pour notre premier stop, direction un point de vue imprenable sur l’île de Tidore. Le temps n’est pas incroyable mais au moins il ne pleut pas et les volcans sont dégagés. Enfin, nous profitons de ce paysage si typique des Moluques Nord.

 

Nous décidons ensuite de tenter la traversée vers Tidore. L’île n’est qu’à 30 minutes de bateau de Ternate. Après quelques errements, nous trouvons le port et les fameux  » kepal kayu ». Ces bateaux de bois assurent la traversée entre les deux îles pour 25 000 roupies soit environ 1,70€.

Les scooters sont chargés sur le toit du bateau, nous décidons de nous assoir également sur le toit car la traversée dans la soute ne nous fait pas vraiment envie.

Trente minutes plus tard, nous débarquons sans encombre à Tidore. Les scooters à peine débarqués, nous décidons de faire le tour de l’île par le Sud.

Notre première destination est une plage pas très loin du port, il paraît qu’il est possible d’y faire du snorkeling. Si, sur le papier, le lieu remplit bien les critères d’une plage…en réalité, ce n’est pas très joli et surtout plein de plastique.

Nous envoyons Romain en reconnaissance snorkeling, quelques coraux et poissons mais pas de quoi nous convaincre de barboter entre les pots de nouilles et bouteilles plastiques.

 

Après ce premier stop, nous continuons notre chemin, longeant la côte, passant aux milieux des noix de muscades séchant sur le bord de la route, traversant des villages colorés. Un petit air des Philippines ou des Caraïbes…

DSC09766
Noix de muscade fraîchement récoltées

Nous faisons ensuite un stop dans un village en bord de mer où fils à linge côtoient filets de pêches.

Nous poursuivons notre route, longeant la mangrove, les villages colorés et le bord de mer.

Clous de girofles séchant sur le bord de mer

Après quelques errements à la recherche d’un fort espagnol, nous tombons sur 2 jeunes adolescents au style bien prononcés qui proposent de nous guider jusqu’au fort Benteng Torre.

 

Ce fort est vraiment très joli et le deuxième que nous visitons l’est tout autant. C’est presque surprenant de voir à quel point c’est bien entretenu!

Benteng Tabula

DSC09988
Caesalpina Yucatanensis

 

 

 

Nous poursuivons ensuite notre tour de l’île, la couleur de l’eau est magnifique, on y aperçoit une multitude poissons colorés…au milieu du plastique. Dommage!

Vers 15h30, la chance sourit à nos estomacs affamés, on tombe sur un petit warung qui accepte de nous servir des satays à la sauce cacahuète, on n’en fait qu’une bouchée!

Et puis nous revoila au port de Tidore, nous avons déja fait le tour de l’île. Ca tombe bien car le ciel est menaçant! Nous nous entassons sur le bateau en bois qui nous amène sur Ternate. Le bateau est pour le moins surchargé mais nous arrivons sans encombre à l’hotel; direction la piscine.

Et vu que quand on aime, on ne compte pas, c’est reparti pour une fournée de poissons grillés au Ikan Bakar Terminal!

Le lendemain matin, nous nous réveillons à l’heure et en plus il fait beau! On file vite au point de vue de sur Tidore. On tombe sur une plateforme en bois qui nous permet de prendre THE photo. Un petit papi garde l’accès et nous laisse entrer avec un large sourire.

Petite piqure de rappel: nous sommes sur un volcan actif. Objectivement, peu de chance d’y réchapper si le volcan entre en éruption

Après cette séance photo, notre petit vieux, toujours avec son large sourire nous annonce qu’il faut nous faut payer un prix sans queue ni tête pour avoir accéder à la plateforme. Fourbe le petit pépé, mais on ne se laisse pas faire, double balayette et l’affaire est réglée.

On poursuit le tour de l’île jusqu’à la fameuse plage de Sulamadaha. Cette fois il ne pleut pas…nous arrivons à une plage sans grand intérêt, mais les gens de l’hôtel nous avaient conseillés de poursuivre jusqu’au lagon. Nous arrivons donc à ce lagon bordé de petites cahutes indonésiennes, surement blindées hors Ramadan mais totalement vides lors de notre visite. Nous avons le lagon presque pour nous seuls. L’eau y est effectivement d’un bleu vert limpide. Le soleil se lève et nous offre un panorama de couleurs assez dingue. Par contre le snorkeling est nul; tout est mort.

Après un bon moment de barbotage dans l’eau, nous reprenons la route et poursuivons notre tour de l’île.

Nous passons au milieu d’un champs de lave, on est bien content que ça se soit passé il y a quelques centaines d’années 😀

Petit stop au marché où nous partons à l’affût de noix de muscade, 5000 roupies les 4 noix de muscades, soit 30 centimes d’euros. On en profite pour acheter des tomates et des citrons, ça fait bien rigoler les vendeuses du marché qui me demandent si je vais cuisiner moi même. Quand je réponds  » ya ke rumah saya » (oui je vais cuisiner chez moi), ça les fait encore plus rigoler…je ne sais pas comment le prendre ahah

 

 

Après cette petite pause culinaire, nous reprenons la route jusqu’au fort Tolukko qui est encore une fois très beau et très bien entretenu.

 

La boucle est bouclée, le tour de l’île est fini et ca tombe bien car la pluie arrive. Nous passons la fin d’après-midi à la villa, sous une pluie battante. Heureusement ca se calme pour l’heure du dîner. Pour faire original, c’est encore razzia sur le poisson grillé et on se régale!

Le lendemain matin, c’est déja notre dernière matinée à Ternate. Nous nous apprêtons à faire une dernière balade en scooter quand la pluie se met à tomber. Loupé pour le dernier tour, nous restons donc à la villa pour notre dernière matinée.

Pour notre retour à Jakarta, nous avons la chance de prendre le seul vol direct de la journée. Pas d’escale à Makassar. A notre grande surprise le vol est complètement vide. A peine un tiers des places est occupée…l’occasion pour nous « d’occuper l’espace ». Le vol passe du coup assez vite car nous sommes à notre aise dans l’avion! 3h30 plus tard, nous arrivons à Jakarta pour une fin de weekend toute en douceur.

Rendez vous dans quelques semaines au Sulawesi….

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s