Rimba Paradise 😍

le

Toujours avec 2 semaines de retard, il est temps de vous raconter le génialissime weekend que nous avons passé sur Sumatra.

L’histoire dĂ©marre il y a quelques mois avec Mathilde (probablement autour d’une bintang) en pleine phase « job de m****, quittons tout pour ouvrir une guest house sur une plage dĂ©serte! »

Quelques jours plus tard, Mathilde nous dĂ©gotait le parfait exemple  Ă  suivre: le Rimba Ecolodge.

A vrai dire, parler uniquement de l’Ă©colodge est un peu rĂ©ducteur. Rimba c’est avant toute chose une association qui a pour vocation de protĂ©ger les espĂšces sauvages de Sumatra et leur habitat tout en apportant son aide aux populations locales.

En parallĂšle, Rimba a dĂ©veloppĂ© un projet d’Ă©colodge pour dĂ©velopper un tourisme Ă©co-responsable et financer l’association.

Ah…et puis Rimba c’est le projet de NadĂšge, française et son mari Reno, indonĂ©sien. Et nous on est jamais contre l’idĂ©e de rendre une petite visite Ă  nos compatriotes!

Bref le Rimba Ă©colodge a fini tout droit dans notre liste des endroits Ă  explorer avant de quitter l’Indonesie. 

Avec tous ces jours fĂ©riĂ©s, l’idĂ©e de Rimba est revenue pointer le bout de son nez d’abord dans la tĂȘte de Mathilde et Romain, puis dans notre tĂȘte.

Si la reservation de Mathilde et Romain a Ă©tĂ© plutot simple…la notre (une semaine plus tard) a Ă©tĂ© un peu plus compliquĂ©e.

AprĂšs plusieurs emails de rĂ©servation restĂ©s sans rĂ©ponse, je me dĂ©cide Ă  contacter NadĂšge par whatsapp. RĂ©ponse de l’intĂ©ressĂ©e: pas de bungalow dispo. Bon on est déçu mais ca sera pour une prochaine fois…

Mathilde et Romain, rentrant de leur propre weekend Ă  Rimba, nous annoncent que Nadege a finalement des bungalows disponibles. Elle s’est simplement enmĂȘler les pinceaux car…elle nous a rĂ©pondu en plein accouchement! Nous allons donc passer le weekend a Riiiiimba! 

Guillaue et Marion, nos copains de voyage ont eu la mĂȘme idĂ©e que nous et ont eux aussi bookĂ©s les mĂȘmes dates.

Nous nous envolons donc le samedi matin de Jakarta. ArrivĂ©s 1h45 plus tard Ă  Pandang, nous nĂ©gocions fermement la voiture qui nous amĂšne Ă  Bungus oĂč le bateau pour Rimba nous est sensĂ© nois attendre.

En arrivant, je montre une petite barque Ă  (gros) moteur Ă  Tibo en rigolant « regarde c’est avec ce bateau qu’on va Ă  Rimba ». Je ne croyais pas si bien dire…on grimpe Ă  l’intĂ©rieur du bateau(qui finalement n’a plus l’air si petit) et c’est parti pour 1h de trajet. 

On se fait complĂštement rincer par les Ă©claboussures du bateau (ouf on a pris les sacs Ă©tanches) mais ca vaut tellement le coup quand on voit l’endroit oĂč l’on arrive!

Pour faire simple: sable blanc, eau transparente, hamac et jungle! Et au milieu de tout ca…notre bungalow!

AprĂšs un dĂ©jeuner succinct, il est temps de passer aux choses sĂ©rieuses, Ă  savoir se laisser bercer dans un hamac avec un bouquin et alterner avec quelques baignades…

Qui dit endroit parfait dit forcément cabane dans un arbre

Le snorkeling n’est pas fou et nous n’aurons malheureusement pas la chance de croiser les tortues et requins du coin. Peut ĂȘtre la faute Ă  la grosse pluie qui s’est abattue la veille? 

On verra par contre plein d’acanthaster, ces Ă©toiles de mer invasives et mangeuses de corail.

Source: Futura Sciences

AprĂšs cette fatiguante aprĂšs-midi, il est temps d’observer Bernard et Thierry Lhermitte se tirer la bourre sur la plage.

Vas y mon Thierryyyy!
Bernard, Bernard, Bernard đŸ’Ș

Find the crab

Thierry is back on the track

Remontée spectaculaire de Bernard

La soirĂ©e se termine tranquillement autour d’un repas avec nos copains Marion et Guillaume, un couple d’Autrichiens travaillant pour l’ambassade d’Autriche et leur enfants d’origine ethiopienne et sud africain parlant parfaitement français ainsi qu’un Ă©crivain surfeur amĂ©ricain.

Retour Ă  la lampe torche jusqu’au bungalow avec pour objectif d’Ă©viter un gĂ©nocide de Bernards.

Le lendemain, aprĂšs un levĂ© tardif, nous reprenons le mĂȘme rythme intensif hamac-baignade.

Les activitĂ©s possibles sont nombreuses Ă  Rimba: trek dans la jungle, visite des riziĂšres, marche jusqu’aux casacades, ballade au village de pĂ©cheurs….mais notre Ă©tat d’esprit du moment c’est plutĂŽt dĂ©tente relax que trek boueux.

Finalement, un Ă©lan de motivation nous prenant soudainement, nous optons pour ballade en bateau vers l’Ăźle de Marak.

Le paysage est assez impressionnant, malheureusement l’environnement un peu mouillant nous empĂȘche de sortir l’appareil photo…bref vous nous croirez sur paroles!

AprĂšs une bonne demi heure de bateau, nous arrivons en vue de Marak… ahalalala c’est superbement paradisiaque.

La plage pour nous tous seuls et 3 pĂ©cheurs, c’est un bonheur! Le snorkeling est pas gĂ©nial car c’est marĂ©e basse et malheureusement mĂȘme cette Ăźle Ă©loignĂ©e des cĂŽtes est touchĂ©e par le plastique…

Fait notable de la journĂ©e: 

ForcĂ©ment un tel endroit nous fait nous sentir comme des Robinson Crusoe…vient donc la question de comment survivre sur une ile dĂ©serte. Pour la nourriture, pas de problĂšme: cochons sauvages, varans et poissons feront l’affaire.

Pour ce qui est de l’eau, la seule solution qui nous apparait est la noix de coco.

Tibo, fort inspirĂ© par cette discussion se lance Ă  l’assaut d’une noix de coco avec un cailloux. 

Si le cailloux de notre Robinson en herbe vient Ă  bout de la noix de coco…Tibo Ă©cope lui d’une tendinite qui durera une semaine…n’est pas Robinson qui veut!

Le soleil tombant, il es temps de rentrer Ă  Rimba.

AprÚs une bonne nuit, réparatrice mais humide, nous profitons des derniers instants de calme!

Un Ă©lan de motivation inattendu nous pousse Ă  tenter une petite rando dans jungle. 

On a vraiment fais les amateurs car on est parti en tongues, sans eau et sans antimoustiques…notre ballade a donc durĂ© moins de 3 minutes, le temps de se faire piquer 12 fois! Ca a bien fait marrer tout le monde de nous voir revenir tous penauds…

AprĂšs cette expĂ©rimentation, il est deja temps de repartir sur Padang. Pas de chance, la pluie commence Ă  tomber et la houle se lĂšve. On commence Ă  stresser en se disant que l’on ne va pas pouvoir repartir sur Padang mais Nadege bous assure que le bateau nous bougera pas mĂȘme si la houle est forte…finalement le trajet se passe sans problĂšme dans un dĂ©cor montagno-junglo-brumeux absolument magnifique que nous n’avons pas pu immortaliser pour cause houle une peu houleuse.

Ce qui est sur, c’est qu’Ă pres un weekend comme ca, on reviendra!

Laisser un commentaire