Patience, avec le temps l’herbe devient du lait…( et le cochon, du saucisson)

Et bien aujourd’hui, nous allons parler saucisson, fromage et confit de canard! L’occasion pour nous d’éprouver notre patience, qualité hautement recommandée dans le coin.

Venons en aux faits, quel est le lien entre patience et saucisson?

Maman LS, probablement inquiète que sa progéniture ne survive pas au grand Ramdam Ramadan , s’est lancée un défi: nous expédier un colis de douceurs françaises ( le grand Ramdam mérite un article à lui seul mais l’idée générale c’est qu’on est à la diet forcée pendant un mois, enfin presque). Vous vous doutez bien que quand je parle douceurs françaises, il ne s’agit pas de paquets de riz mais plutôt de cochonailles et fromages puants!

Bref donc ce fameux colis finit par arriver en Indonésie sauf qu’avec notre nom de Bule ( le surnom donné aux étrangers), forcément le colis se fait contrôler.

Après 3 semaines à guetter avec avidité notre boite aux lettres, on finit par recevoir un courrier de la poste nous annonçant que notre colis est en quarantaine et que nous sommes priés de venir nous expliquer sous 10 jours si on souhaite le récupérer.

IMG-20160616-WA0013

Au moment où nous recevons cette lettre, je suis en plein cours d’indonésien (saya sudah bisa bercicara bahasa indonesia ya) et nous profitons donc des aimables conseils de mon prof: money under table, should be ok!

Le lendemain, on décide donc de se rendre à la poste avec Tibo, sur l’heure du déjeuner. Bien évidemment la poste est à l’autre bout de Jakarte et on se lance dans l’aventure en pleine sortie de la prière du vendredi. C’est à dire que 90% des musulmans hommes, se sont rendu à la mosquée pour prier et se retrouvent dans les rues de Jakarta pour retourner au travail. Autant vous dire que c’est le bazar absolu dans les rues. Après 1h de taxi (pour 5-6 km) et quelques détours ( règle N°1, ne jamais croire un taxi qui semble connaitre sa route), nous finissons par arriver à la poste.

Il est 13h quand on arrive. On demande le service Quarantaine au comptoir et on se retrouve soudain plein milieu du centre de tri, entre les colis et les camions. Après quelques errements, on finit par arriver dans un petit bureau occupé par Agus et Budi ( aucune idée de leur nom mais 80% des hommes s’appellent Agus ou Budi, on a donc de bonnes chances de pas trop se tromper). A et B nous prient de nous assoir: do you speak indonesian? sedikit Pak ( ici on appelle tout le monde Pak et Ibu : Père et Mère, Pak Tibo et Bu Ana…ou dès fois, Mbak pour une femme ce qui donne Mbak Ana ( ne prononcez pas le K, ce qui a vite dérivé en M’banana au travail…pardon je m’égare).

Bref ils nous expliquent qu’ils ont trouvé des saucisses moisies dans notre colis…allez leur expliquer qu’un saucisson avec du blanc, c’est pas du moisi…bref on remplit des papiers, on photocopie mon visa, on parle, on reparle, on se demande à quel moment on va devoir payer, on reparle, on signe des papiers, on se redemande combien on va devoir payer.

Agus nous explique que transporter de la nourriture à base d’animaux c’est mallll, la prochaine fois on devra demander l’autorisation au ministère de l’Agriculture (!). Il nous montre un exemple d’autorisation…on essaye de lui expliquer que nous on a pas 200 000 kg de nourritures comme sur le papier mais seulement 5 petits kilos. Pas problème nous dit-il : vous pouvez demander à un laboratoire de faire une analyse du produit….bon ok, on cherche même pas à discuter!

On reparle, on re signe des papiers, on se demande toujours quand est-ce qu’on va devoir payer…il est déja 14h30. Ca fait donc une heure et demie qu’on papote sans savoir si on va récupérer notre colis. La poste ferme à 15h, il faudrait donc s’activer A &B! Je tente le coup de bluff inutile de la réunion à 15h, échec cuisant. Agus entreprend de nous montrer des photos de nos saucisses moisies. C’est de la torture.

Finalement, A&B décident d’abréger le supplice: ok vous pouvez récupérer votre colis! Chouette, donnez le nous alors?

Ah nonnnn il faut aller le récupérer au service client…mais après il faudra revenir voir A&B pour qu’ils détruisent les saucisses moisies. Et pour être sûr qu’on ne tente pas une rebellion de la dernière chance, ils gardent en otage mon visa.

Et avant de partir, nous sommes priés d’enregistrer une vidéo en français disant que le service quarantaine de la poste indonésienne est super bien. Bien évidemment je laisser l’honneur à Tibo qui est donc maintenant la star vidéo de la poste indonésienne et tout ça sur twitter! ( bon il aura fallu 2 prises parce que les talents d’acteur de Tibo ne semblait pas satisfaire nos postiers)

Et sinon il est où le service client? 3ème étage du batiment B…on part en courant à la recherche du service client qu’on finit par trouver. On patiente jusqu’à ce que Mr Poste ( Agus 2) nous reçoive. Il disparait pendant 20 minutes avant de revenir les bras vides: ok vous pouvez aller au batiment C au rez-de-chaussée récupérer votre colis. Il est 14h55 et je pense à mon visa resté entre les mains de A&B.

On décide alors de se séparer avec Tibo: je fonce récupérer le colis pendant que Tibo va s’assurer que A&B ne vont pas fermer leur bureau et partir avec mon visa.

Je finis par trouver le batiment C et me lance à la recherche d’un certain Agus (un vrai Agus) sensé me donner le colis. Pas d’Agus à l’horizon mais je finis pas récupérer mon colis sain et sauf.

Je repars en direction du bureau de la Quarantaine où je retrouve Tibo en plein discussion tourisme avec A&B. Il est temps d’ouvrir le colis…armés de leurs plus beaux gants, A&B se lancent dans une découpe créative de notre colis. Les objets du crime, nos saucisses pourries finissent à la poubelle. Pas de pitié non plus pour le fromage. B tente innocemment de me faire croire que le gras de la terrine à l’andouille est du moisi…ca va pas malheureux, on NE TOUCHE PAS la terrine à l’andouille de Guémené!!!

DSC_4201

La morale de l’histoire après 3 heures de lutte et sans une roupie dépensée:

  • le confit de canard est sain et sauf
  • la terrine à l’andouille était succulente
  • le vin blanc est passé totalement inaperçu
  • le foie gras est indemne également

DSC_4202

Le temps de faire pipi à la mosquée pour Tibo et nous voila de retour au travail, il est 16h30. Aujourd’hui on aura appris la patience…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s