Inle-kalaw: Dernière ligne droite

le

Dernier jour de trek. Seulement 3h de marche pour rejoindre Kalaw, la meilleure nouvelle de la journée car on ne peut plus marcher, on a mal partout!

On pensait pouvoir survivre à tout après le Nepal, eh bien nous voilà remis en place comme il faut.

Pendant ce temps là, Tic et Tac gambadent comme des gazelles!

Le paysage est différent, beaucoup de pins, c’est relativement vert par rapport à ce qu’on a croisé jusqu’à présent.

image

image

Sur le chemin, notre guide nous demande si on a bien nos tickets de bus pour le soir. On lui dit que son boss devait s’en charger.

Il l’appelle pour vérifier et là on le sent d’un coup stresser.

On a beau lui demander s’il y a un problème: réponse Birmane, un grand sourire et no no it’s OK.

On voit bien que tout n’est pas ok mais impossible d’en savoir plus!

On arrive à Kalaw à 11h, notre guide semble paniqué, il s’arrête dans une agence de tickets de bus. On lui demande ce qui se passe et encore une fois une grand sourire.

Il nous accompagne à l’hôtel qui accepte de recevoir les trekkeurs qui prennent le bus le soir. Douche à 5$ chacun c’est hors de prix mais après 3 jours de trèk sans douche, sous 40 degré et par respect pour nos futurs voisins de bus, on accepte. La douche est salvatrice!

Bon mais revenons à notre histoire de ticket de bus. On arrive à l’hôtel, que notre guide ne trouvait plus malgré les 12 treks précédents (?!) et on lui demande nos tickets de bus. Et devinez quoi? « sorry sorry I have to buy tickets »… Hum c’est bien ce qu’on avait senti venir! On s’agace un peu car cette ligne de bus est souvent complète et on a pas envie de passer une nuit à kalaw. On lui dit d’attendre qu’on pose les sacs pour aller avec lui au guichet. Surprise quand on revient il est déjà parti! Son copain le guide en formation est avec nous et le rappelle. Il revient en motobike et embarque tibo avec lui.
On a bien fait car il ne savait pas qu’on voulait des tickets vip (pas franchement eu le temps de lui dire!!!).

Les tickets vip ce sont les bus à trois colonnes de sièges, qui peuvent complètement s’incliner, option couverture en pilou pilou et oreiller! Grand luxe mais tellement bien pour 10h de bus de nuit!

Retour de tibo et du guide à l’hôtel. On leur donne un très bon pourboire car même s’ils ont été pas top en tant que guide et que ça a pas super bien fini, ils ont quand même une vie pas super drôle. Alors on leur dit que si ça peut un peu contribuer à leur étude, tant mieux. Ils nous font une grosse accolades, summum de démonstration affective ici. On sent qu’ils sont touchés. Et on se quitte bons amis !

On passe la journée à larver-manger-larver. Tibo fait trois fois le tour de la ville pour trouver un masseur, échec cuisant!

On rencontre trois français du Sud qui se sont plantés dans leur vacances: ils pensaient aller dans un zoo voir des aborigènes tous nus, ils ont atterris en Birmanie et franchement ils sont pas très contents:  pas grand chose à faire dans ce pays à part les pagodes, mais bon leur truc de bouddhique quand on y croit pas  c’est chiant! Eh bien tu sais quoi papi? Retourne dans ton pays et laisse nous profitez à ta place!

Bref

On finit par prendre le bus. Au total on doit faire 17h de bus: 10h jusqu’à Yangon puis 7h de bus vers la plage de Ngwe saung! On espère donc pouvoir bien dormir dans le bus.

Eh bien c’est un échec! A avoir réservé au dernier moment, on se retrouve avec les places du fond: celles qui gigotent le plus et sans siège inclinable! On râle mais rien à faire! Et dès le début on sent que ça va mal se passer!
La route est défoncée, le bus roule vite…
En moins de 5 mn on a tous les 2 des grosses nausées! On garde un sac plastique à la main au cas où. On cherche nos cachets antivomitifs dans notre trousse de secours: on est à secs on a oublié d’en remettre et le reste est dans la soute à bagages (en compagnie du gars qui met les bagages en soute, il dort directement dedans, pas claustro!)…s’en suit une lutte entre notre esprit et notre corps, pour ne pas vomir le repas englouti 20mn avant le départ! Au bout de 2h de lutte, la route devient meilleure et on commence à tomber de sommeil. Ça va mieux!

La suite de ce voyage infernal dans le prochain article !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s